Thèse : Trois essais sur les politiques publiques des industries culturelles

J’ai soutenu ma thèse le 22 septembre 2010.

Le jury était composé de Bernard Caillaud (directeur), Marc Ivaldi (président du jury), Nathalie Sonnac (rapporteur), Marc Bourreau (rapporteur), Françoise Benhamou, Jérôme Pouyet et Émeric Henry.

La thèse elle-même comprend :

  • Une introduction retraçant la place des outils de l’économie industrielle dans l’économie de la culture, et suggérant des questions où ces outils pourraient s’appliquer.
  • Un chapitre non-technique analysant la place du prix unique du livre dans l’économie du livre et sa pertinence dans le cadre d’un passage accéléré du secteur vers les outils numériques. Il s’agit d’une version étendue de l’ouvrage présenté sur cette page.
  • Un chapitre formalisé reprenant l’article « Bookshop and blockbusters ». Il analyse le rôle structurant de l’incertitude quant au succès d’un livre donné sur le marché de la librairie. J’y montre en particulier qu’en l’absence d’incertitude (i.e. quand l’éditeur sait à l’avance que son livre va être un blockbuster, le marché du livre est pratiquement tout entier tenu par les blockbusters vendus par les grandes surfaces). Quand au contraire le devenir de tous les livres est incertain, le libraire de détail attire toujours une demande conséquente. Si dans le premier cas le prix unique du livre est sans effet, il peut améliorer l’efficacité du marché dans le second. Je présente plus longuement cette contribution sur cette page.
  • Un chapitre formalisé traitant de l‘effet contre-productif des quotas de diffusion radiophoniques (l’obligation de réserver une part conséquente du temps d’antenne à la chanson francophone, par exemple). Cette partie présente deux apports. En premier lieu, je montre qu’à la duplication inefficace de contenu entre diffuseurs (deux radios diffusant la même chanson en même temps), il peut s’ajouter une duplication inefficace à l’intérieur de la grille d’un diffuseur donné (une chanson répétée trop souvent par une radio). En second lieu, je montre que si les radios sont contraintes sur leur temps de publicité (parce qu’il y a un maximum légal, par exemple), alors un quota de chansons françaises conduit à diminuer le nombre de chansons françaises diffusées par effet de répétition accrue des chansons françaises les plus populaires. Ce cadre réglementaire étant celui actuellement en vigueur, je défends l’idée qu’il est contre-production et contribue à la concentration des diffusions sur un petit nombre d’artistes. Un version plus générique de cette contribution (avec un niveau partiellement endogène de publicité) est détaillé sur cette page.

Voici le Manuscrit de la thèse ainsi qu’un rapide Résumé de la thèse en deux pages.

Une réflexion au sujet de « Thèse : Trois essais sur les politiques publiques des industries culturelles »

  1. Ping : Le Prix unique du livre à l’heure du numérique republié | Mathieu Perona

Laisser un commentaire