Début 2019, une chercheuse et un chercheur du Département de sciences cognitives de l’École normale supérieure de Paris sont venus au CEPREMAP. Leur préoccupation : dans la ligne ouverte par l’ouvrage Nudge, de nombreuses administrations s’intéressent à la manière dont les sciences comportementales peuvent venir appuyer l’action publique. Si cet intérêt est bienvenu, encore faut-il qu’elles soient bien formées et accompagnées pour cela. Contrairement aux économistes, les spécialistes de sciences cognitives n’ont pas la culture et le réseau qui permet aux économistes d’être en dialogue fréquent avec les administrations, ce qui laisse dans le domaine comportemental le champ libre à des entreprises à but commercial.

Sur la base de ce constat, nous avons décidé de monter une structure, l’Agence d’innovation comportementale, qui regroupe en fonction des projets et des besoins des entreprises des équipes pluridisciplinaires (cognitivistes, économistes, sociologues, etc.) pour co-concevoir, expérimenter et évaluer des dispositifs, et pour former les agents publics.

Dans sa configuration actuelle l’AIC regroupe l’École normale supérieure, SciencesPo Paris, l’École d’économie de Paris et le CEPREMAP. J’en suis le coordinateur, sous la direction d’un conseil formé d’une personne par institution partenaire.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :