Observatoire du Bien-être du CEPREMAP

Depuis juillet 2017, j’ai rejoint le CEPREMAP en qualité de directeur exécutif de l’Observatoire du Bien-être. Étrange forme de retour aux sources, puisque me voici à nouveau au 48 Boulevard Jourdan, où j’ai réalisé l’essentiel de ma thèse, dans les locaux de l’École normale supérieure et de l’École d’économie de Paris.

Comme mon titre l’indique, je ne suis cependant pas chercheur au sens académique du terme. Mon rôle est d’assurer l’administration de l’Observatoire, la coordination des activité, la réalisation des travaux et leur diffusion. Concrètement, je participe à des notes d’analyse publiés par l’Observatoire en direction du grand public, je monte des projets de recherche en appui avec les chercheurs, je fais de la veille et de la curation au service des membres de l’Observatoire, et m’occupe des tâches de diffusion, en tant que point de contact pour les médias et éventuellement le grand public. J’anime à ce titre le compte Twitter de l’Observatoire (et accessoirement aussi celui du CEPREMAP).

Ceux qui m’ont croisé verront je pense assez vite à quel point ce poste correspond à ma manière de m’intéresser à différents sujets, mon orientation vers la vulgarisation et la diffusion plutôt que l’approfondissement de la recherche, et mon goût pour les sujets à impact social. Réfléchissant en économiste, je suis assez profondément convaincu que ce type de séparation des rôles, c’est-à-dire ne pas demander aux chercheurs d’assumer une trop large part des activités d’administration et de diffusion, a vocation à se développer dans les années à venir, que ce soit à l’intérieur même des structures de recherche, ou dans des structures extérieures, à l’image de ce qu’a entrepris The Conversation dans une perspective résolument orientée vers l’actualité.

Laisser un commentaire